sapeur


sapeur

sapeur [ sapɶr ] n. m.
• 1547; de saper
Soldat du génie employé à la sape et à d'autres travaux. pionnier. Sapeur mineur. 2. mineur. Tablier de sapeur. Fam. Fumer comme un sapeur.

sapeur nom masculin (de saper) Soldat de l'arme du génie. ● sapeur (expressions) nom masculin (de saper) Sapeur d'infanterie, de cavalerie, nom donné, jusqu'en 1940, aux fantassins ou aux cavaliers spécialisés dans l'emploi des explosifs. ● sapeur nom masculin (de sape, acronyme de société des ambianceurs et personnes élégantes, avec jeu de mots sur se saper) En Afrique, homme qui s'habille avec élégance ; dandy.

sapeur
n. m. (Afr. subsah.) Homme qui se soucie de son élégance, qui s'habille à la dernière mode.
————————
sapeur
n. m. Soldat du génie employé à la sape.

⇒SAPEUR, subst. masc.
A. — GÉNIE MILIT.
1. [Dans une guerre de siège] Celui qui effectue les travaux de sape, de terrassement. On commanda les sapeurs (Ac. 1798-1935). Tels, s'armant de la bêche, et la hache à la main, D'intrépides sapeurs, par bandes détachées, Élèvent des remparts ou creusent des tranchées (DELILLE, Paradis perdu, 1804, p. 211). Les sapeurs turcs firent écrouler une partie du rempart (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 163).
2. En partic. [Dans l'armée fr.]
a) Sapeur (du génie). Soldat de l'arme du génie. Les sapeurs du génie, qui ont travaillé à la fameuse route dont il n'existe plus de trace aujourd'hui, ont perdu les deux tiers de leur effectif (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p. 87). On pose le pied sur les degrés préparés par les sapeurs et, coude à coude, on s'élève hors de l'abri de la tranchée et on monte sur le parapet (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 267).
[En compos. ou accompagné d'un déterminatif] Sapeur aéroporté, électromécanicien; sapeur de chemin de fer; (anciennement) sapeur-aérostier, sapeur-télégraphiste.
Sapeur-mineur. Sapeur appartenant à une unité non spécialisée du génie. Jusqu'à la fin du XVIIIe s., les travaux de sape et de mine de la guerre de siège étaient exécutés par des travailleurs civils. Ce n'est qu'en 1776 que les officiers du génie commandèrent des compagnies de sapeurs et de mineurs distinctes. Cette spécialisation finit par disparaître pour donner des bataillons de sapeurs-mineurs (Lar. encyclop.).
b) Vx. [Pouvant désigner un soldat appartenant à une autre arme] [En 1792], l'artillerie (...) comprend (...) 14 compagnies de canonniers, 4 (...) de bombardiers [et] 2 (...) de sapeurs (PALOQUE, Artill., 1909, p. 91).
Sapeurs d'infanterie, sapeurs de cavalerie. Fantassins ou cavaliers marchant en tête d'un régiment dont ils étaient chargés de préparer la voie. Une puissante colonne d'infanterie de ligne (...) déboucha dans la rue au pas de course, tambour battant, clairon sonnant, bayonnettes croisées, sapeurs en tête, et, imperturbable sous les projectiles, arriva droit sur la barricade avec le poids d'une poutre d'airain sur un mur (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 490). L'infanterie avait ses sapeurs qui marchaient en tête du régiment, armés d'une hache pour défoncer les portes, déblayer des obstacles, etc. Sous l'Empire ils portaient tous la barbe et leur uniforme comportait un bonnet à poil et un tablier de cuir (QUILLET 1965).
Loc. Barbe de sapeur. Barbe longue et fournie. Prétendant qu'il était délicat de santé, malgré son apparence robuste, sa voix de basse-taille et sa barbe de sapeur (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 341).
Tablier de sapeur.
B. — Sapeur-pompier. [Il laisse tomber son portefeuille dans la fosse commune] Il courut au poste des pompiers, et revint avec un sapeur qui plongea, et, dans l'abîme, alla repêcher la serviette (VALLÈS, Réfract., 1865, p. 75).
Loc. Fumer comme un sapeur. Fumer beaucoup. Synon. fumer comme un pompier (v. fumer1). M. de Coantré restait là, demandant café au lait sur café au lait, des croissants, un sandwich, des cigarettes, fumant comme un sapeur: Ah! cela, au moins, c'était des réalités! (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 852).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694-1740: -pp-; dep. 1762: -p-. Étymol. et Hist. 1. 1547 sappeur « soldat employé à la sape des fortifications » (J. MARTIN, Archit. de Vitruve, p. 152 v °); 2. 1792 « soldat du génie » (d'apr. PALOQUE, loc. cit.); 1831 barbe de sapeur (SUE, Atar-Gull, p. 6). Dér. de saper2; suff. -eur2. Fréq. abs. littér.:81.

1. sapeur [sapœʀ] n. m.
ÉTYM. 1547; de 1. saper.
1 (1547; de 1. saper). Soldat du génie employé à la sape et à d'autres travaux. Pionnier. || Sapeur mineur. || Sapeur de chemins de fer. || Hache, tablier (II., 1.) de sapeur (→ Furieusement, cit. 1).
0.1 Un sapeur, avec, sur sa manche, ses deux haches en sautoir surmontées d'une grenade.
Ed. et J. de Goncourt, Manette Salomon, p. 1.
2 (Par allus. aux sapeurs d'autrefois).Plaisanterie de sapeur (→ De corps de garde).Fumer comme un sapeur : fumer beaucoup.
1 Mais je ne souffrirai jamais qu'à ma table et dans la maison respectable de M. Marron (aîné) on tienne des propos qui feraient rougir des sapeurs ! Léocadie rougit fortement elle-même, pour prouver que sa modestie n'était nullement inférieure à celle des membres du corps militaire, dont elle venait de signaler la vertu.
A. de Gobineau, Nouvelles asiatiques, p. 27.
2 M. de Coantré restait là, demandant (…) des cigarettes, fumant comme un sapeur (…)
Montherlant, les Célibataires, II, VII.
COMP. Sapeur-pompier.
————————
2. sapeur [sapœʀ] n. m.
ÉTYM. 1846, de 2. saper.
Techn. Moissonneur qui travaille à la sape.
————————
3. sapeur [sapœʀ] n. m.
ÉTYM. V. 1970; dér. de se saper. → 3. Saper.
Franç. d'Afrique. Homme, adolescent très préoccupé de son habillement, de son élégance, de la sape (→ 4. Sape).
0 Je suis donc allé louer un smoking chez Boudiouf, la providence des sapeurs.
D. Pennac, Monsieur Malaussène, p. 117.
REM. Ce mot a reçu une sur-motivation par le sigle plaisant S. A. P. E., « Société des ambianceurs et personnes élégantes ».

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sapeur — Sapeur, s. Sappeur …   Pierer's Universal-Lexikon

  • sapeur — SAPÉUR s. v. săpător. Trimis de siveco, 13.09.2007. Sursa: Sinonime …   Dicționar Român

  • Sapeur — Le Sapeur est un militaire du génie des armées françaises [note 1]. Un sapeur est un soldat de l arme du génie chargé de l exécution des sapes, c est à dire des ouvrages souterrains permettant de renverser un édifice ou bien encore des tranchées …   Wikipédia en Français

  • SAPEUR — s. m. Celui qui est employé à la sape. On commanda les sapeurs.   Il se dit, particulièrement, d Une espèce de soldats armés d une hache et portant un grand tablier de peau, qui marchent en tête des régiments d infanterie. Sapeurs et musique en… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SAPEUR — n. m. Celui qui est employé à la sape. On commanda les sapeurs. Il se dit aussi des Soldats du génie, ainsi que de soldats porteurs d’outils, qui marchent en tête des régiments. Sapeurs et musique en tête. Il est sapeur dans tel régiment …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • sapeur — (sa peur) s. m. 1°   Soldat du génie spécialement chargé de l exécution des sapes Compagnie de sapeurs. 2°   Particulièrement, soldat d infanterie armé d une hache, qui marche en tête des régiments.    Hommes chargés à l armée de couper les haies …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • sapeur — n.m. Black qui se sape avec élégance. Couturier black créateur de sapes …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • sapeur — nm. sapò / eu (Albanais.AMA.) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Sapeur Camembert — Sapeur Camember  Pour les articles homophones, voir Camembert et Catmembert. Le sapeur Camember (François Baptiste Ephraïm) est le héros d une des premières bandes dessinées françaises due à Christophe (1856 1945) : Les facéties du… …   Wikipédia en Français

  • sapeur-pompier — [ sapɶrpɔ̃pje ] n. m. • 1835; de sapeur et 1. pompier ♦ Agent communal chargé du service public de secours contre les incendies, les périls et les accidents menaçant la sécurité publique. ⇒ 1. pompier(cour.). Régiment de sapeurs pompiers. Brigade …   Encyclopédie Universelle